Un premier mois de langues étrangères

Pendant ce premier mois de voyage, à part l’anglais largement utilisé, l’allemand et le français qui ont été pratiques une ou deux fois chacun, j’ai baigné dans trois environnement linguistiques : le tchèque, le lituanien, et le polonais.

Tout ce qui suit n’a rien de très scientifique, c’est un mélange de ce que j’ai pu apprendre à la volée sur chaque langue et de l’impression qu’elles m’ont données.

Généralités

Sauf erreur de ma part, le tchèque et le polonais appartiennent au groupe des langues slaves, et le lituanien est une langue balte. Ce dernier a la particularité d’être considéré comme la langue encore parlée se rapprochant le plus de l’ancêtre commun à toutes les langues européennes (ainsi qu’au sanskrit), l’indo-européen. Les trois langues utilisent beaucoup de signes diacritiques (ce sont les cédilles et autres accents qui modifient la prononciation d’une lettre), le pire étant le polonais, et le lituanien restant relativement soft (mais le lituanien a comme “accent” possible un petit point sur le “e”, ce que les autres n’ont pas). Les trois langues ont l’air assez compliquées au niveau grammatical, en raison de la présence de genres (comme en français, féminin/masculin, je ne sais pas s’ils ont du neutre) et surtout du système des désinences (comme en latin, ou, dans une moindre mesure en allemand, on change la terminaison des mots pour signifier les cas, au lieu d’utiliser des prépositions comme en français).

Le tchèque

Un sentiment très fort de langue étrangère, inconnue. Cela m’avait déjà frappé lors de mon premier passage à Prague. C’était la première fois que je voyageais dans un pays dont la langue n’était pas d’origine soit latine, soit germanique. Je m’étais sentie complètement perdue, impossible de comprendre quoique ce soit, absolument aucun repère ! Mais pour ce deuxième passage, vu que ça allait être mon lot quotidien pendant ce voyage que de ne pas comprendre les langues qui m’environnent, j’ai pris les choses en main et j’ai commencé à apprendre un peu de tchèque. Dès que je sais entrer dans un magasin et saluer, remercier et prendre congé dans la langue locale, je me sens déjà beaucoup mieux. Au bout d’une semaine, je regrette de quitter si vite la République Tchèque, justement parce que la langue commençait tout juste à me sembler familière. C’est une langue qui me paraît amusante et mignonne, et d’ailleurs pour les polonais, elle sonne “enfantine”.

Le polonais

De ces trois langues, c’est celle dans laquelle j’ai appris le plus de mots, mais il faut dire que c’est aussi en Pologne que je suis restée le plus longtemps pour l’instant. Cette langue m’attire beaucoup. ELle est amusante à parler, l’orthographe est au moins aussi tordue que celle du français. Comme me le fera remarquer mon ami Yurii, si beaucuop de mots ont simplement l’air imprononçables, c’est que l’alphabet latin n’est absolument pas adapté aux langues slaves, et certainement pas au polonais. En polonais, il y a des groupes de lettres qui se combinent (comme en français le C et le H donnent un son particulier, CH), mais on arrive vite à des groupes de quatre lettres comme szcz, ce qui paraît tout-à-fait barbare à l’oeil francophone (si tant est qu’un œil puisse l’être !), si ce n’est à l’oreille. Pour le même son, en ukrainien, une seule lettre, le Щ, et on n’en parle plus. Mais si l’on passe outre l’aspect orthographique, le polonais n’est pas si rébarbatif. Avec les langues que je parle déjà, j’arrive à reconnaître quelques racines, et de fait je me sens tout de suite plus à l’aise. Je m’imaginais bien rester longtemps et reussir à apprendre cette langue…

Le lituanien

De nouveau un sentiment d’étrangeté, mais je commence à être habituée donc c’est moins fort, une certaine fascination en même temps. Des mots qui paraissent en moyenne plus longs, peu de groupe de consonnes, un peu comme les sons en japonais. J’apprends moins de mots, mais ils me marquent plus. Kepyklėlė, boulangerie; nemokamas, gratuit; kirpyklas, salon de coiffure. Le mot pour dire merci est amusant, il ressemble à “atchoum” en français, s’écrit ačiu et se prononce “atchiou” (avec l’accent tonique sur le “a”). Il paraît que les linguistes sont souvent très intéressés par le lituanien, et j’ai vite compris pourquoi…

Voilà pour ces quelques premières remarques linguistiques. J’espère qu’elles auront intéressé quelqu’un, en même temps, je peux concevoir que tout le monde ne partage pas mon attrait pour les langues quelles qu’elles soient… :)

N.B. : depuis que j’ai écrit ces notes, j’ai eu affaire à l’ukrainien, au roumain et au bulgare… mais ce sera pour plus tard!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


3 − two =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

%d bloggers like this: